Le gouvernement néerlandais décide de recycler les gobelets écologiques en papier

Ces dernières années, le gouvernement néerlandais a fait de l’écologie un des axes centraux de sa politique. Cela se voit également via l’utilisation croissante de sa part, de produits bio-sourcés, qui sont partiellement voire intégralement dérivés de ressources renouvelables telles que les plantes. Sur cette lancée, le gouvernement a décidé d’agir contre l’utilisation de gobelets non-biodégradables, qui restent assez banalisés sur les lieux de travail. Dans le même temps, plusieurs entreprises et gouvernements ont déjà opté pour un achat massif de plusieurs types de gobelets durables pour les boissons chaudes. Le gouvernement néerlandais n’est pas en reste et a décidé de se fournir en gobelets en carton avec un revêtement en PLA. Le PLA est une sorte de plastique biologique et compostable. Jusqu’à 2017, ces gobelets en PLA étaient cependant traités dans une installation de déchets ; en d’autres termes, incinérés. Pour cette raison, les acheteurs du côté du gouvernement ont demandé à la Wageningen Food & Biobased Research ainsi qu’à la TNO, de mener une étude environnementale. Dans cette étude, deux situations distinctes, après collecte des gobelets en PLA, ont été comparées : le recyclage d’un côté, la dégradation et le compostage de l’autre. L’enquête a indiqué que les gobelets recyclés avaient un impact environnemental moindre.

Scénarios de « fin de vie »
Le point central de cette recherche était l’impact environnemental de ces deux situations, et l’option la plus durable a été celle qu’on pourrait appeler « boucler la boucle » concernant les gobelets à café bio. Les gobelets en carton ne peuvent pas être recyclés au milieu des déchets en carton classiques, en raison de leur pellicule en PLA. Ils peuvent en revanche être recyclés en séparant le revêtement de la fibre de papier. L’analyse a montré que jusqu’à 89% des gobelets collectés sont conçus en un carton de haute qualité et sont par conséquent tout à fait adaptés au recyclage. Les gobelets désintégrés peuvent être transformés en papier toilette ou des mouchoirs dans une usine agréée. L’autre solution consiste à l’absorption des gobelets afin de générer un bio-gaz, et donc de créer en bonne quantité un compost de qualité.

Performance environnementale
Afin de fournir un aperçu des effets globaux de ces deux options sur l’environnement, des scientifiques ont calculé les coûts environnementaux en termes d’utilisation d’espace, de pesticides, d’émissions de CO² et de substances polluantes. Sur la base des résultats globaux, il s’est avéré que les gobelets recyclés proposent une meilleure performance environnementale. La recherche a également révélé que via le recyclage, l’utilisation de pulpe basique peut être évitée. Cette économie peut conduire à un immense gain en termes d’impact environnemental concernant l’utilisation d’arbres. La solution d’absorption peut, elle aussi, apporter des bénéfices d’un point de vue environnemental. En considérant le seul aspect des effets sur le changement climatique, cette option est même meilleure que celle du recyclage étant donné qu’elle permet d’éviter la combustion de gaz naturel et par conséquent, les émissions de CO².

Le recyclage avec l’option « Collect A Cup »
En tant qu’acteur important concernant les gobelets bio pour boissons chaudes, nous trouvons cela très important de proposer les meilleures options pour la fin de vie des produits. Aussi, aux Pays-Bas, nous avons choisi d’offrir un service flexible appelé « Collect A Cup », qui propose une collecte de gobelets usagés. Dernièrement, en collaboration avec Renewi et l’usine de papier Wepa, nos gobelets à café peuvent être recyclés en papier et carton. Pour assurer le succès de ce concept, l’analyse spécifique du gouvernement néerlandais a été décisive. Nous nous attendons à ce que la capacité d’achat du gouvernement néerlandais contribue à une augmentation de l’utilisation de gobelets avec revêtement en PLA, ce qui permettra par extension une croissance de système de recyclages plus respectueux de l’environnement.

La recherche a été financée par le Ministère Néerlandais de l’Economie et de l’Environnement.

Scroll to top