Les bioplastiques peuvent-ils jouer un rôle dans la limitation de la montagne de plastique ?

Ce désastre écologique, qui se déroule en ce moment sous nos yeux, est progressivement considéré par nombre d’acteurs comme un problème sociétal sérieux et complexe. De plus en plus de rapports alarmants sont publiés au sujet de la présence de ce qu’on nomme micro et nano-plastiques, inférieurs à 5 mm, dans notre chaîne alimentaire et parfois même directement dans nos assiettes. Les conséquences de notre mauvaise gestion des déchets plastique sont désastreuses. La vie, dans mais aussi autour des rivières et des océans, est en danger à cause de la pollution plastique en surface, en raison du fait que les animaux prennent les déchets plastiques pour une source d’alimentation valable.Les taux de recyclage à échelle mondiale, sont faibles, et les plastiques figurant dans les océans sont difficilement recyclables, sans parler du plastique de façon plus générale. Les bioplastiques sont fréquemment mis en avant comme la solution à ce problème urgent, mais dans quelle mesure peuvent-ils réellement faire une différence ? Chez Bio Futura, en tant que fournisseur (entre autres) de produits en bioplastiques, nous sommes probablement un peu subjectifs, mais nous pensons toutefois qu’il est intéressant d’évoquer ce sujet. Dans cet article, nous allons tenter d’en parler de la façon la plus objective possible.

La question qui revient souvent, est : les bioplastiques peuvent-ils jouer un rôle dans la limitation des déchets plastiques dans les rivières et océans ?

Foto: Paul Kennedy

Non, les bioplastiques ne constituent pas LA réponse à la pollution plastique dans les océans ni une solution miracle à l’immense désastre plastique. Dernièrement, University & Research de Wageningen, a fait un tour d’horizon de l’ensemble des enquêtes concernant les bioplastiques, et cela a permis l’élaboration du rapport scientifique sur les plastiques bio-basés et biodégradables, deux caractéristiques qui peuvent être attribuées à plusieurs types de bioplastiques. L’étude a mentionné qu’un type de plastique biodégradable peut être décomposé par des micro-organismes dans la mer. A côté de cela, il existe également des bioplastiques auxquels des additifs artificiels sont ajoutés. Cela fait qu’ils ne sont plus entièrement biodégradables, ni compostables. Enfin, l’on trouve des bioplastiques bio-sourcés ou partiellement bio-sourcés mais qui ne sont pas biodégradables, comme le PE, le PET, le PA et le PTT.

Non, les consommateurs ne peuvent pas facilement distinguer l’apparence des bioplastiques de celle des produits conçus en plastique standard, ni donc identifier les plusieurs options existantes. Les différentes sortes de bioplastiques sont difficiles à discerner. Cela entraîne que les bioplastiques ne sont pas si souvent collectés séparément et donc, que leurs capacités ne sont pas suffisamment exploitées. Il existe également une fausse croyance selon laquelle tous les bioplastiques sont biodégradables et compostables. La quasi-intégralité des bioplastiques ne se dissolvent pas intégralement dans l’océan. Ce processus ne peut avoir lieu que sous certaines conditions, telles que la température, l’humidité, ou encore la présence de micro-organismes.

Non, à ce jour il n’y a pas encore de système efficace de collecte des déchets bioplastiques. Afin d’exploiter l’ensemble des avantages des bioplastiques et de boucler la boucle, la plupart des plastiques bio-basés et biodégradables devraient être recyclés en produits de haute qualité. Malheureusement, cela n’arrive pas toujours, en raison des volumes trop faibles. En conséquence, les bioplastiques sont souvent incinérés avec le reste des déchets. De plus grandes quantités de bioplastiques, en revanche, rendraient plus faciles le recyclage et permettraient des incitations financières.Pour ce qui est des bioplastiques compostables, de nombreuses structures industrielles agréées hésitent à récupérer des plastiques compostables avec les déchets organiques dans la mesure où cela favoriserait, accidentellement ou délibérément, la dégradation de plastique dans ces bacs spécifiques. Certains types de bioplastiques prennent toujours davantage de temps à être compostés, ce qui peut provoquer une efficacité moindre dans le traitement des déchets. Jusqu’à présent, les plastiques biodégradables ne forment pas une solution à la réduction de la montagne de plastique dans les océans. Mais avec de meilleurs accords pour des investissements dans le recyclage et les opportunités de compostage, les bioplastiques ont le potentiel pour devenir plus écologiques que jamais et ainsi favoriser un futur plus durable.

Oui, certains bioplastiques, tels que le PLA (Poly Lactic Acid), sont utilisés comme implants médicaux qui se dégradent naturellement dans le corps avec le temps. Le PLA (sans additifs) est compostable et biodégradable, et obtenu à base de maïs ou autres matières premières qui sont fermentées afin de produire un acide lactique, qui est ensuite polymérisé pour obtenir le PLA.

Oui, de nouvelles sortes innovantes de bioplastique, telles que le PHA, Glycix ou Lactips, sont de plus en plus développées. Ces bioplastiques ont l’avantage intéressant de se décomposer extrêmement vite et de se dissoudre au contact de l’oxygène ou de l’eau. La résine biosourcée et biodégradable appelée Glycix a été découverte accidentellement, au cours d’un projet de recherche sur les biocarburants. Selon le professeur Rothenberg, co-inventeur du Glycix, le nouveau bioplastique se décompose sous l’influence de l’eau en deux composants totalement naturels, que l’on retrouve en grande quantité dans la nature : l’acide citrique et le glycérol. Le taux de dégradation dépend de la dureté du bioplastique.

Oui, il existe des produits certifiés « Ok biodegradable marine » sur le marché, tels que des filets de pêche, qui garantissent la biodégradation dans un environnement naturel d’eau douce. Le degré de biodégradabilité doit atteindre 90% ou plus sous l’eau de mer (30°C) sous six mois. Ce certificat est garanti par TUV Austria.

Oui, les bioplastiques et produits bio-sourcés certifiés compostables et les emballages comportant le label OK Compost garantissent une biodégradabilité totale dans une installation industrielle agréée ou bien même dans votre jardin en cas de certification OK Compost Home. Cela représente une autre possibilité de traitement et de recyclage des déchets qui n’est pas possible pour les plastiques non-compostables conçus à base de pétrole (qui représentent la majorité des plastiques en circulation). En l’absence de cette possibilité, les chances sont bien plus élevées que ces plastiques traditionnels ne conviennent pas pour la bonne infrastructure de recyclage. Passer aux bioplastiques compostables signifierait que ces derniers pourraient se retrouver plus souvent dans des installations industrielles aptes au compostage, pour devenir du compost utile ou du biogaz.

Scroll to top