Projet de recyclage de gobelets en PLA au festival Noorderzon : les leçons retenues + comment faire de l’édition 2017 un plus grand succès encore ?

Lors des festivals, les gobelets en plastique représentent encore et toujours une grande masse de déchets. Le festival Noorderzon, qui se tient à Groningue aux Pays-Bas, possède la certification Green Key, et utilise depuis des années des gobelets respectueux de l’environnement, conçus en PLA, un matériau renouvelable développé grâce à de l’amidon de maïs, plutôt que des verres réalisés à base de pétrole. Le matériau peut très bien être composté dans une installation conçue spécialement pour cela, mais à plusieurs niveaux, la solution la plus durable semble être le recyclage. Lors du recyclage, la matière première reste conservée. Etant donné que les grandes quantités de gobelets en PLA ne peuvent pas aller dans le conteneur à déchets, les organisateurs du festival et Bio Futura ont décidé d’unir leurs forces afin de remplacer autant que possible des matières plastiques à base de pétrole par des alternatives d’origine biologique, tant pour ce qui est des emballages que des articles jetables. C’est pour cela que Bio Futura et Noorderzon ont mis en place un système de collecte des gobelets.

En tant que trait d’union entre acteurs de ce projet, Bio Futura a pris contact avec ses partenaires Huhtamaki, NatureWorks, Looplife et van Gansewinkel. Un programme a été mis en place, dans lequel NatureWorks produit le granulat en PLA, Huhtamaki fabrique les gobelets, et van Gansewinkel les collecte sur le lieu du festival afin de les ramener jusqu’à Looplife, chargé de les transformer en re-granulat (granulat recyclé). Dans le cas de l’édition 2017, le sujet principal concerne les jetons servant à payer les boissons ou la nourriture pendant le festival. Grâce à une incitation à collecter les gobelets, les festivaliers ont été invités, pendant les onze journées de l’événement, à ramener leurs gobelets au bar, et pour 50 gobelets ramenés par une personne, un jeton lui est offert.

De notre côté, nous estimons positif le bilan de cette expérience assez réussie de recyclage du PLA en collaboration avec le festival Noorderzon et nos partenaires, qui ont tous joué un rôle dans le processus de production, de vente ou de recyclage des gobelets. Désormais, nous sommes curieux de voir ce que vont donner les éditions suivantes. Il reste plusieurs points à améliorer dans la gestion dans ce projet de recyclage du PLA. Nous partageons avec plaisir ces  leçons apprises, qui constituent également une incitation à se pencher sur les solutions à mettre en œuvre pour rendre les choses plus efficaces :

  • Une communication plus claire sur le recyclage du PLA est nécessaire : tout le monde, du visiteur au personnel du bar, doit être bien informé et surtout, comprendre le sens de la démarche. Par exemple, en raison d’instructions insuffisantes, des gobelets ont été jetés par le personnel du bar dans des bacs où figuraient également des bouteilles en PET. La mise en place des consignes reste donc un domaine à améliorer !

  • Chez Looplife, les gobelets sont triés ; tous les matériaux tels que le PET ou les grands morceaux de déchets (papier et sable) sont exclus. Ensuite, les gobelets sont placés puis nettoyés dans un broyeur. Cependant, le matériau recyclé n’est pas encore optimal. Le niveau de pollution y est trop élevé pour pouvoir créer un nouveau granulat de bonne qualité. Comment la pollution peut-elle être contrée ? A partir du granulat, un filament peut être obtenu, et celui-ci peut être utilisé pour des imprimantes 3D ou des jetons du type de ceux utilisés lors de festivals. C’est toute l’idée de la création de tokens pour la prochaine édition du festival Noorderzon. Reste à définir le style du jeton : au nom de Bio Futura, ou tout simplement un jeton Noorderzon ?

Scroll to top